Catégories
Infos L'Info Et L'Actualité Sur Internet:

Actu france: Élisabeth Borne reprend ses consultations

Publié le :

Élisabeth Borne reçoit ce mercredi 14 et demain les présidents des groupes parlementaires à l’Assemblée nationale et au Sénat pour continuer à discuter de la réforme des retraites, dont Emmanuel a décidé le rapport au mois de janvier.

« Tous unis » ! Les députés de la coalition Nupes, les sénateurs de gauche et écolos ont été affichés mercredi à l’Assemblée leur « avant commun » contre la réforme des retraites du gouvernement. Réforme dont la présentation a été repoussée le 10 janvier et alors qu’Élisabeth Borne poursuit les consultations des groupes parlementaires.

Lors du point presse, c’est Fabien Roussel, chef de file du PCF, qui a ouvert le ban, défendu « l’unité » des groupes parlementaires de gauche et écologistes. « Nous sommes tous unis pour dire non à la retraite à 64 ans ou 65 ans, non à toute mesure d’âge, y compris à l’allongement du nombre de trimestres de cotisation », a insisté le député du Nord. « Depuis fin octobre », un travail en commun a été mené par 14 parlementaires des différents groupes de la Nupes avec des auditions des organisations syndicales et d’économistes, at-il indiqué.

nous disons ‘non’ à toute mesure d’âge, y compris l’allongement du nombre de trimestres

Fabien Roussel : « Nous sommes là pour faire passer un message, un : nous sommes tous unis »

Dans son programme commun aux législatives, la Nupes proposait de « restaurer le droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour toutes et tous après quarante annuités de cotisation ». Les parlementaires n’ont pas retenu ce mercredi de propositions ou d’actions en commun, préférant marteler leur message d’unité, rapporte l’AFP. Mardi soir déjà, les huit principales organisations syndicales françaises (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires, FSU) et cinq organisations de jeunesse ont publié un communiqué réaffirmant leur opposition à tout recul de l’âge légal de départ à la retraite.

Pas de « brutalité » réclament les Républicains

À droite, le chef de file des députés Les Républicains, Olivier Marleix, a affirmé mercredi à Matignon qu’il ne voulait pas d’une réforme des retraites dans un contexte économique « difficile » pour les Français. « Ce n’est pas aux Français de payer le retard qu’a pris M. Macron en matière de réforme des retraites », a déclaré M. Marleix à l’issue d’un entretien ce 14 décembre avec Élisabeth Borne. « On préfère une réforme qui réussisse en allant progressivement, à une réforme très ambitieuse mais qui échouera parce qu’elle ne serait pas acceptable par nos compatriotes », at-il insisté.

Le député du parti de droite Les Républicains (LR) Olivier Marleix pendant le débat sur le projet de loi portant sur la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, février 2020, à Paris. AFP – LUDOVIC MARIN

Quant à l’hypothèse, agitée par certains députés LR, d’une motion de censure des Républicains, il a manifesté que son parti était « tout à fait capable » de le faire, mais en ajoutant que ce n’était « pas le mais ».

Retraites : un rapport pour quoi faire ?

Emmanuel Macron a pris tout le monde par surprise. « C’est lui le chef », explique sans état d’âme un ministre qui avait été informé de la décision de reporter l’annonce de la réforme des retraites. Mais, à l’entendre, ce n’est pas le signe d’un refus d’obstacle de dernière minute ou d’une hésitation présidentielle sur la finalité la réforme et le nécessaire recul de l’âge légal de départ à la retraite. La question, ce n’est pas  » où veut arriver » le chef de l’État mais « le chemin pour y arriver ». L’objectif serait donc de permettre de « construire quelques convergences », en premier lieu avec les syndicats, en leur laissant le temps de faire savoir – même de manière informelle – quel scénario ils rejettent le moins : 64 ans avec accélération de la réforme Touraine sur la durée de cotisation ou 65 ans directement. Mais convergences aussi avec les députés -.LR ou même de gauche – pour obtenir une « nouvelle majorité ».

Bref, arriver un  » bénéfice politique » en glissant éventuellement, d’ici janvier, de l’option 65 ans sur laquelle Emmanuel Macron a fait campagne à celle de 64 ans.

Valérie Gas

(et avec agences)

Bibliographie :

Dans le chœur de la famille Lefèvre.,Fiche du livre. Disponible sur internet.

Photographie/Personnalités/D/Robert Demachy.,Clicker sur ce lien .

Technologie/Lignes et services de métros/Prolongements et créations de lignes de métros en Île-de-France/Le prolongement de la ligne 5.,Fiche de l’ouvrage. A emprunter en bibliothèque.